Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/08/2012

L’Arabie Saoudite finance des écoles radicales en Belgique


Turtelboom.jpgAnnie Turtelboom attire l’attention sur certaines écoles où l’on enseigne une version radicale de la religion islamique. La Sûreté de l’Etat estime que ces écoles présentent des dangers.

 

L’Arabie Saoudite finance en Belgique « une dizaine d’écoles » où l’on enseigne la langue arabe et une version radicale de la religion islamique. La ministre de la Justice Annemie Turtelboom (Open Vld), se basant sur des données de la Sûreté de l’Etat, attire l’attention sur cet état de fait mardi dans le journal De Tijd.

 

« Dans certains cas, les écoles sont créées à la demande expresse du régime grâce à des fonds provenant d’Arabie Saoudite », indique la ministre. « Cela correspond à la volonté affichée par les autorités de ce pays de diffuser la forme officielle de l’islam en vigueur là-bas, le wahhabisme. Cette doctrine se base sur une interprétation stricte de la religion islamique, comme elle était enseignée du temps du prophète ».

 

La Sûreté de l’Etat ne peut pas fournir de chiffre exact à propos du nombre d’élèves fréquentant ces écoles.

 

« Nous estimons qu’il doit y en avoir quelques dizaines », précise la ministre Turtelboom. « En investissant dans ce type d’écoles, le régime espère ainsi recruter des étudiants pour ses universités afin qu’ils y poursuivent leur enseignement religieux. L’objectif est qu’ils puissent à leur tour enseigner et diffuser le wahhabisme ».

 

La Sûreté de l’Etat estime que ces écoles ne sont pas sans danger.

 

Elles constituent un problème dans le cadre de la lutte contre le radicalisme.

 

Source : Le Soir.be - Mardi 21 août 2012

 

 

 

 

 Islam radical: "pas d'inquiétude" pour l'enseignement obligatoire

 

Annemie Turtelboom avait dénoncé l'existence d'une dizaine d'"écoles" en Belgique où est enseigné l'islam radical, parfois grâce à des fonds provenant d'Arabie saoudite.

 

Simonet.jpgL'inspection des écoles reconnues en Communauté française permet de lever toute inquiétude sur l'existence d'un enseignement de l'islam radical en classe, a relevé mardi la ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet.

 

Le cabinet de cette dernière prendra cependant contact avec celui de la ministre de la Justice Annemie Turtelboom, qui a dénoncé mardi dans la presse l'existence d'une dizaine d'"écoles" en Belgique où est enseigné l'islam radical, parfois grâce à des fonds provenant d'Arabie saoudite. "Nous souhaitons avoir plus de précisions sur ce qui est visé et les régions concernées", a relevé le cabinet Simonet.

 

L'enseignement organisé ou subventionné par la Communauté française est soumis à une inspection qui exclut en théorie un enseignement religieux radical en classe. Restent, en dehors du système scolaire, certaines écoles ou associations privées, liées à des lieux de culte, sur lesquelles l'inspection n'a pas prise.

 

La volonté du cabinet Simonet d'obtenir plus d'informations auprès de Mme Turtelboom - et de la Sûreté de l'Etat - est liée à la crainte que des familles puissent sortir l'enfant du système scolaire obligatoire.

 

Il existe en Fédération Wallonie-Bruxelles deux écoles libres de confession musulmane, soumises à l'inspection puisque subventionnées. Des cours de religion islamique sont aussi dispensés - de même que des cours d'autres confessions ou de morale - dans plusieurs écoles de l'enseignement officiel subventionné ou organisé par la Communauté française.

 

Source : La Libre.be – 21/08/2012

 

 

 

 

 

Musulmans progressistes - Logo.jpgCommuniqué de Presse

 

De l’Organisation Musulmans Progressistes  

 

 

 

La ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, a décidé à sa façon de souhaiter bonne fête aux musulmans de Belgique à l’occasion de la fin du jeûne du mois de Ramadan.  Dans le journal De Tijd, elle nous informe de l’existence de « 10 écoles radicales » en Belgique, soutenues par des fonds saoudiens. Loin d’être des écoles reconnues, il s’agit de tentatives associatives marginales qui ne bénéficient pas de l’enthousiasme des communautés musulmanes.

  

L’information était-elle à ce point récente pour en faire une annonce officielle à deux mois des élections communales ? Nous ne le pensons pas. L’Arabie Saoudite a toujours influencé le processus de reconnaissance de l’islam en Belgique, déjà depuis sa reconnaissance officielle en 1974 qui était la contrepartie d’accords avantageux pour notre pays en matière de pétrole.

  

D’emblée, critiquer l’ingérence néfaste d’un Etat étranger dans les affaires de la communauté musulmane est une chose légitime et fondée. Les citoyens musulmans ne trouveront pas leur épanouissement par ce type d’ingérence que nous tenons à condamner.

  

Bien que l’idéologie dominante, mais non exclusive, de l’Arabie saoudite (le wahhabisme) ne recueille pas l’adhésion de la majorité musulmane silencieuse, nous sommes convaincus que c’est grâce à l’éducation et au développement de l’esprit critique que nous pourrons ensemble faire reculer cette idéologie, qui est dans la logique même des replis populistes que nous constatons pas uniquement chez les musulmans. Nombre d’acteurs sociaux et de responsables de mosquées sont conscients du danger du radicalisme et le combattent au quotidien. Comment l’Etat peut-il leur venir en aide ? Autrement que via une telle annonce de la part de notre Ministre.

  

Soulignons d’ailleurs toute l’ambigüité de notre pays qui fait paradoxalement de l’Arabie Saoudite un partenaire commercial tout à fait fréquentable lorsqu’il s’agit d’échanges économiques ou encore d’investissements dans des projets liés au pétrole ou au gaz.

  

De plus, si en tant que musulmans de Belgique nous sommes opposés aux ingérences étrangères, nous estimons avec la même force que l’ingérence de notre gouvernement dans la construction de l’islam en Belgique est tout aussi inacceptable. Nous sommes en ce sens laïques et opposés à une confusion de la sphère politique et de la sphère religieuse. Les exemples ne manquent pas : qu’il s’agisse du mode d’élections pour l’Exécutif des Musulmans de Belgique, du processus de screening ou encore de l’arbitraire dans la construction de centres islamiques, notre pays n’a guère eu une attitude claire, proactive et visionnaire en la matière pour une société inclusive. Pour faire reculer le radicalisme, il est nécessaire de définir d’abord les termes car il ne faut pas confondre l’ultra-orthodoxe et le djihadiste en mettant tout le monde dans le même sac. Ensuite offrir une alternative permettant de former par exemple les futurs imams en Belgique, d’impulser des politiques de respect au sein même de la communauté musulmane ou encore de lutter radicalement contre les discriminations. Or la Ministre n’apporte pas de réponses à ces enjeux majeurs de notre avenir commun.

  

S’il existe un danger, et que celui est circonscrit, il convient à Madame la Ministre de dépasser le constat et de mettre en œuvre les actions nécessaires pour trouver des solutions, en bonne intelligence avec les acteurs associatifs musulmans qui désirent aussi faire reculer les idéologies extrémistes au sein de la communauté musulmane de Belgique. N’oublions pas que notre Etat de droit peut aussi définir des solutions juridiques pour protéger la souveraineté de notre pays dans le domaine si précieux de l'enseignement. Il faut légiférer pour mettre en place une barrière aux idéologies qui incitent à la haine, et pas seulement en ce qui concerne la communauté musulmane mais également agir contre les idéologies islamophobes de groupes, partis ou associations racistes à l’égard des citoyens musulmans.

  

Et de grâce, ne laissons pas les musulmans devenir les enjeux de calculs géostratégiques, ni les objets de calculs électoralistes de nos responsables politiques.

 

 l’Organisation Musulmans Progressistes 

 

 -----

 

12/06/2012

Mohamed Merah a-t-il été manipulé par les services français?


mohammed-Merah.jpgMohamed Merah, "le tueur au scooter" qui a assassiné sept personnes en mars dans le sud de la France, affirme avoir découvert juste avant sa mort qu'un de ses amis, qu'il pensait être un jihadiste, était un agent des services français, selon deux vidéos dont un quotidien algérien affirme avoir obtenu une transcription.

"Je suis innocent. Je découvre que mon meilleur ami Zouheir travaille pour les services secrets français", dit Mohamed Merah, 23 ans, dans cette vidéo-testament où il se filme lui-même peu avant d'être tué par la police, selon une traduction en arabe de ses propos publiée par le quotidien arabophone Echourouk et retraduite en français par l'AFP.

Ce "Zouheir", selon le même journal, faisait partie de l'équipe qui tentait alors de négocier sa reddition alors qu'il était enfermé dans son appartement à Toulouse, assiégé par les forces de sécurité, après avoir assassiné trois militaires français et quatre personnes, dont trois enfants, dans une école juive.

"Tu m'as envoyé en Irak, au Pakistan et en Syrie pour aider les musulmans. Et tu te révèles finalement un criminel et un capitaine des services français. J'aurais jamais cru ça", lance Mohamed Merah à l'adresse de "Zouheir".

"Va en enfer espèce de traître. Vous allez me tuer sans aucune raison. C'est vous qui m'avez entraîné dans cette situation. Je ne te pardonnerai jamais".

La Suite : l'avocate confirme .....

Source : RTBF - 12/06/2012

------------------

Autre artcles sur le même sujet :

Mohamed Merah : suspect ou "indic", et la parole des sans-voix dans la campagne.

  

08/05/2012

Quand Coluche annonçait la victoire de la gauche en 2012

 

Coluche déclarait en 1979 : Attendez que la gauche passe en 2012... 

  

10:54 Publié dans Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : coluche

16/04/2012

"Bienvenue en Palestine": des images qui font scandale

 

L'armée israélienne a suspendu un lieutenant-colonel à la suite du film.

 

Des images montrant un haut gradé israélien frappant au visage avec son arme un militant pro-palestinien en Cisjordanie ont soulevé l'indignation et fait passer au second plan le succès revendiqué par Israël dans le contrôle de l'opération "Bienvenue en Palestine".
 
 
 
 
 
SUR le même SUJET :
 
 
 
 

04/04/2012

Le régime syrien projetait de renverser le trône marocain

« Damas souhaitait créer un régime islamiste au Maroc, qui servirait de base avancée pour l’Iran dans le détroit de Gibraltar ».

Mohamed 6 et Bachar.jpg

 

Houssam Aouak, agent dissident des services des ‘Moukhabarate’ syriennes, en faisait ainsi, révélation au quotidien arabe londonien ‘Al Watan Al Arabie’, repris à large diamètre par la presse et les réseaux sociaux marocains.

 

Source et suite de l’article : emarrakech.info – 04/04/2012

 

28/03/2012

Quand la CIA droguait des citoyens américains

Le quotidien San Francisco Chronicle raconte cette nuit de 1957, lorsque Wayne Ritchie, un ancien gardien de prison, absorbe sans le savoir du LSD. Il est drogué à son insu et, perdant tout sens de la réalité, braque un bar. CIA.jpg

Cette nuit-là, précise le site d'information Slate, Wayne Ritchie est victime d’une opération de la CIA (services secrets américains) qui testait secrètement des substances psychotropes sur la population américaine depuis le lancement au début des années 50 du projet MK-Ultra.

 

C'est sous l'impulsion du directeur de la CIA Allen Dulles que ce vaste projet est mis en place dans le plus grand des secrets. La CIA espère alors développer des techniques --comme celles supposément expérimentées par l'URSS et la Chine sur des prisonniers américains lors de la guerre de Corée-- de "contrôle mental" destinées à influencer les comportements grâce à des psychotropes comme le LSD ou la mescaline.

Lire la suite

27/03/2012

Le directeur central du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, répond aux interrogations sur la surveillance de Mohamed Merah.

 

Bernard-squarcini.jpgBernard Squarcini : "Nous ne pouvions pas aller plus vite".

Jeudi, le ministre des affaires étrangères, Alain Juppé, a affirmé : "Je comprends qu'on puisse se poser la question de savoir s'il y a eu une faille ou pas." C'est une mise en cause de vos services ?

Le sens de sa phrase a été dénaturé. Des personnes, dont des enfants, sont morts d'une façon particulièrement cruelle, et nous nous posons forcément la question: est-ce qu'on aurait pu faire différemment? Est-ce qu'on a raté quelque chose? Est-ce qu'on a été assez vite? Mais il était impossible de dire dimanche soir : "C'est Merah, il faut aller l'attraper." Lui-même n'avait d'ailleurs pas prévu d'attaquer l'école juive lundi matin. Selon ses déclarations lors du siège par le RAID, il voulait tuer un autre militaire, mais il est arrivé trop tard. Et comme il connaît bien le quartier, il a improvisé et a attaqué le collège-lycée Ozar-Hatorah.

La suite de l'interview : Le Monde - 23/03/2012

 

Mohamed Merah : suspect ou "indic", et la parole des sans-voix dans la campagne

 

Au sommaire : toujours les suites de l'affaire MohamedMerah.jpg Merah avec une voix - critique - qu'on n'avait pas encore entendue, celle de l'ancien patron de la DST Yves Bonnet. Egalement au sommaire : la sécurité n'est pas la priorité des Français et la parole des sans-voix dans la campagne.

 

Parmi les multiples réactions à l'affaire Mohamed Merah, il y a une voix qu'on n'avait pas encore entendue... Celle d'un ex-patron de la DST...


Yves Bonnet a dirigé la Direction de la Surveillance du Territoire, le contre-espionnage, dans les années 80 avant d'entrer en politique à l'UDF. Il s'exprime ce matin dans les colonnes de la Dépêche du Midi.

Et il aborde les différents volets de l'affaire... D'abord, on peut avoir le sentiment, dit-il, que les considérations médiatiques l'ont emporté sur tout le reste. On peut se demander pourquoi c'est le RAID qui est intervenu et non pas ceux qui sont pour lui les plus qualifiés dans ce genre d'affaires, les gendarmes du GIGN.

Yves Bonnet pose aussi la question de l'efficacité du plan Vigipirate rouge, censé protéger les écoles. Or, souligne-t-il, le contre-exemple est terrible avec la tragédie toulousaine, et sa conclusion est sévère, c'est que Vigipirate ne sert à rien.

Quant à l'affaire Mohamed Merah elle-même, ce qui paraît poser problème pour Yves Bonnet, c'est que Mohamed Merah avait manifestement des relations avec la DCRI, puisqu'il est établi qu'il avait un correspondant au Renseignement intérieur.

"Correspondant" ou "officier traitant", Yves Bonnet se pose la question... Et le choix des mots soulève une deuxième question : Mohamed Merah était-il un indicateur de la DCRI, question posée par Pierre Challier dans la Dépêche.

Réponse d'Yves Bonnet : c'est tout le problème... Il souligne que Mohamed Merah était connu de la DCRI non pas spécialement parce qu'il était islamiste, mais parce qu'il avait un correspondant au sein des services. Or souligne encore Yves Bonnet, avoir un correspondant, ce n'est ni tout à fait innocent, ni anodin. L'interview d'Yves Bonnet à lire ce matin dans la Dépêche du Midi.

 

Source : France-info – 27/03/2012

               Par  Jean-Christophe Martin

 

L'ambassadeur belge en Israël sommé de s'expliquer


drapeaux_belgique_israel.jpgLa Belgique et l'Autriche sont les deux seuls pays européens à avoir voté en faveur de cette enquête, les autres pays de l'UE s'étant abstenus.carte-colonisation-territoires-occupes-cisjordanie.jpg

 

Les ambassadeurs de Belgique et d'Autriche ont été convoqués lundi au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem à la suite du vote au Conseil des droits de l'homme de l'ONU, par leurs pays respectifs, en faveur d'une enquête sur les conséquences de la colonisation, rapporte mardi La Première (RTBF).

  

23/03/2012

Caroline Fourest remporte un Y'a bon award et contre-attaque

L'année dernière, Eric Zemmour, Robert Ménard et Jean-Paul Guerlain ont été récompensés.

 

Le principe de cette distinction créée en 2009 à l'initiative de la militante et chroniqueuse Rokhaya Diallo n'a rien de très transparent. Pour Nolwenn Le Blevennec, sur le site d'information Rue89, il se peut même que les choix contestables de cette année annoncent son inévitable déclin.

 

Lundi dernier, la journaliste Caroline Fourest Caroline FOREST.jpg(Le Monde, France Culture) a en effet obtenu le Y'a bon Award de la catégorie des "experts chronikers" pour avoir dénoncé, le 11 décembre 2010, des "associations qui demandent des gymnases pour organiser des tournois de basket réservés aux femmes, voilées, pour en plus lever des fonds pour le Hamas".

 

"Les Y'a bon Awards déshonorent l'antiracisme"

SUITE de l'article (La Libre - 23/03/2012).