Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/08/2009

LES MARCHANDS DE PEUR NE SONT PAS OÙ L’ON CROIT

population.jpg « Et s’il y avait un réel projet secret de réduire la surpopulation mondiale, d’éliminer tous ceux qui n’ont pas de quoi se payer la potion magique ainsi que, par la même occasion, tous les rebelles à la vaccination ? Et si le virus A/H1N1 était programmé pour muter à nouveau et devenir aussi dangereux que celui d’Ebola, en infiniment plus contaminant ? »

Cette phrase est extraite d’un des nombreux blogs qui, sur internet, veulent donner mille raisons de ne pas se faire vacciner demain contre la grippe A/H1N1, au nom d’un prétendu complot génocidaire armé par la méchante industrie pharmaceutique qui aurait concocté ce virus dans ses arrière-cours.

Vive la parole libre : il faut que les autorités sanitaires, comme les autres, puissent être soumises à la critique, à la contre-preuve, à la controverse. Parole d’expert n’est pas d’airain. L’OMS n’est pas une vache sacrée.

Mais cela n’autorise pas à terroriser, sans aucune preuve que du charabia et du galimatias, des millions de citoyens qui, demain, pourraient hésiter à bénéficier de la couche de protection que représentera le vaccin.


Bien entendu, ils n’auront aucune garantie absolue : un vaccin, c’est une réduction du risque, grâce aux anticorps que l’organisme crée individuellement face à un virus très largement inactivé. C’est une sorte de répétition générale qui aide le corps à reconnaître et combattre le vrai virus quand il se présente. Il donne des billets en plus dans la loterie sanitaire, mais il ne donne pas une garantie absolue de s’en tirer sans mal. Par contre, le vaccin, actuellement mondialement testé, ne serait pas administré s’il était nocif.

Parlons franc : au-delà des groupes à risque qui recevront, s’ils le veulent, le vaccin en priorité, il faudra que chacun se détermine individuellement, en fonction de sa propre situation, mais aussi en fonction de son entourage : si on s’occupe de jeunes enfants, notamment de moins de 6 mois, qui ne peuvent être vaccinés, si on voit régulièrement des aînés qui souffrent d’une maladie chronique, il faudra penser à se mettre sur la liste. Quitte à mettre en bas de la liste certains qui songent déjà à utiliser le vaccin comme seul réducteur d’absentéisme au travail.

Seule la santé devra primer !

Source : Le Soir – mardi 18 Août 2009

Article de Soumois, Frederic

Commentaires

Lire le blog en entier, pretty good

Écrit par : Nina_Tool | 20/09/2009

Les commentaires sont fermés.