Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/01/2009

Afghanistan : les soldats belges se sont envolés

Armée belge.jpgL’armée belge a franchi un nouveau pas dans son engagement en Afghanistan, en y dépêchant ses premiers instructeurs au profit de l’armée afghane. Mais le ministre de la Défense, Pieter De Crem, a exclu de les envoyer dans le sud, la région la plus troublée du pays.


Les F-16 belges ont tiré en Afghanistan

f-16.jpgLes chasseurs-bombardiers F-16 belges présents en Afghanistan depuis début septembre ont utilisé leur armement à « quelques » reprises, a confirmé le « patron » de l’armé belge, le général August Van Daele, qui s’est toutefois refusé à citer le moindre chiffre. « Il y a eu quelques interventions, tant lors de missions pré-planifiées que de décollages d’alerte », a affirmé lundi le chef de la Défense (CHOD) à la presse à l’occasion du départ pour l’Afghanistan des militaires belges.

Les F-16 ont fait usage à ces occasions de leur canon de bord ou ont largué des bombes, a ajouté le général Van Daele, se contentant de préciser que les F-16 belges opérant de Kandahar effectuaient en moyenne quelque 200 heures de vol par mois.

« Leurs missions cadrent parfaitement avec le mandat du gouvernement », a encore assuré le chef de la Défense. En vertu de la décision gouvernementale, les avions belges n’appuient que les troupes terrestres de la force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF, dirigée par l’OTAN) et non, « sauf situation exceptionnelle », les forces de la coalition anti-terroriste sous commandement américain présentes en Afghanistan dans le cadre de l’opération « Enduring Freedom » (OEF, « Liberté immuable »).

Seize militaires, formant l’avant-garde d’une équipe d’instructeurs – baptisée « Operational Mentoring and Liaison Team » (OMLT) dans le jargon de l’OTAN – se sont envolés en milieu de matinée de l’aéroport militaire de Melsbroek à destination de Douchanbe (Tadjikistan), d’où ils devaient gagner Kaboul, en présence du ministre de la Défense, Pieter De Crem.

Ils étaient accompagnés par une trentaine de membres du détachement qui met en oeuvre les quatre chasseurs-bombardiers F-16 basés à Kandahar (sud), dans le cadre d’une relève. Le 10ème Wing tactique doit succéder à la mi-janvier pour quatre mois comme unité-pilote au 2ème wing tactique de Florennes au sein de cette mission, baptisée « Guardian Falcon ».

L’OMLT belge – la première du genre – doit prendre en charge un « kandak » (bataillon) afghan en cours de constitution à Kaboul d’abord, avant de se déployer ensuite à Kunduz (nord) début avril, après l’arrivée prévue de ses 53 autres membres, a indiqué le commandant de la composante terrestre de l’armée, le général-major Eddy Testelmans, à la presse.

« Il s’agit de former des unités (afghanes) qui peuvent opérer de façon autonome, en dehors de l’ISAF (la force internationale d’assistance à la sécurité dirigée par l’OTAN) », a-t-il ajouté.

L’armée nationale afghane (ANA), en pleine croissance, compte déjà quelque 85.000 hommes sur les 134.000 escomptés, a précisé lundi un porte-parole du ministère de la Défense à Kaboul.

L’équipe belge donnera aussi des leçons d’état-major, de tactique et de procédures aux militaires afghans, a-t-il ajouté, précisant qu’elle sera équipée des véhicules les plus modernes de l’armée belge – onze grosses jeeps Iveco et sept blindés à roues MPPV (MultiPurpose Protected Vehicles) Dingo II, équipés de brouilleurs contre les engins explosifs (« Improvised Explosive Device », IED, qui sont désormais la première cause de mortalité des soldats alliés en Afghanistan).

M. De Crem a une nouvelle fois exclu tout envoi de troupes belges dans le sud de l’Afghanistan, y compris cette OMLT, dont la zone d’action sera le commandement régional Nord de l’ISAF, aux côtés du 2ème kandak de la 2ème brigade du 209ème corps de l’ANA.

« Nous n’avons pas l’intention d’envoyer des troupes dans le sud de l’Afghanistan », a affirmé le ministre.

Cette équipe d’instructeurs ne sera pas déployée dans le sud, a insisté M. De Crem (CD&V).

Il a d’autre part assuré que la Belgique n’avait reçu aucune nouvelle demande de la part de l’OTAN ou des Etats-Unis pour un engagement accru en Afghanistan, alors que le président élu Barack Obama – qui prendra ses fonctions le 20 janvier – a fait du redressement de ce pays une des priorités de sa politique étrangère.

« Jusqu’ici, aucune demande supplémentaire n’a été formulée envers la Belgique », a-t-il dit en rappelant l’effort déjà fourni par l’armée belge en Afghanistan, où elle sera bientôt présente avec plus de 500 hommes, sur les 52.000 que compte la force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF), dirigée par l’OTAN.

« Une présence considérable », a souligné M. De Crem, rappelant que depuis début septembre quatre F-16, mis en oeuvre par une centaine de personnes, opéraient aussi au profit de l’ISAF depuis la base de Kandahar pour appuyer les troupes au sol de l’ISAF sur l’ensemble du territoire afghan.

Le gouvernement a encore donné le feu vert le 30 décembre à l’envoi de l’OMLT et de sa septantaine de militaires à Kaboul d’abord, à Kunduz ensuite.

La plupart des autres Belges sont chargés de la protection de l’aéroport international de Kaboul (KAIA), une installation vitale pour les troupes étrangères de l’ISAF et de l’opération anti-terroriste « Liberté immuable » (« Enduring Freedom », OEF) dirigée par les Etats-Unis depuis 2001.

Source : (belga) et le Soir – 5 / 01/ 2008

 

Les commentaires sont fermés.