Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/12/2008

Pétition turque pour stopper la reconnaissance du génocide

Drapeau - Turquie.jpgLe 8 décembre 2008, le Collectif VAN annonçait la mise en place, en Turquie, de la pétition d’excuses aux Arméniens, lancée par des intellectuels turcs, en précisant que, bien que l’on soit tenté de présenter cette initiative comme positive, il fallait l’analyser avec la plus grande attention. Nous avions de bonnes raisons de nous interroger. Baskin Oran vient d’annoncer dans Milliyet : « Dans le monde entier, les parlements adoptaient des résolutions, de manière automatique. Maintenant, tout ceci va s'arrêter. La diaspora s'est adoucie. Les médias internationaux ont commencé à abandonner l’usage du terme de génocide. » Voilà donc le but inavoué de cette pétition d’excuses aux Arméniens.


Drapeau Arménie.jpgPétition turque : pour stopper la reconnaissance du génocide

Rappelons que le souci premier du gouvernement turc actuellement, est de montrer que le "dialogue arméno-turc" est si bien engagé que sont désormais inutiles et mal venues toutes les reconnaissances du génocide arménien par les instances internationales... ».

Depuis le lancement de la pétition, Baskin Oran, puisque c’est de lui dont il s’agit plus particulièrement, a été interpellé à plusieurs reprises sur la liste de discussion arméno-turque dirigée par Fatma Müge Goçek, par des universitaires lui demandant de s’expliquer sur les buts et motivations cachés de cette pétition d’excuses. Il lui a été demandé – sans qu’une réponse ne soit apportée - si ses excuses étaient également adressées aux millions d’Arméniens de la diaspora, majoritairement issus des rescapés du génocide arménien. Etaient-ils, eux aussi, également désignés par le terme de « sœurs et frères arméniens » auxquels les excuses étaient présentées, alors que Baskin Oran dénigre la diaspora en toutes occasions et avec un réel mépris ? Et si cela était le cas, comment cela serait-il possible : appelle-t-on « frères et sœurs » des individus que l’on déteste ?

Il n’aura fallu que 11 jours pour que Baskin Oran (à l’origine de cette pétition d’excuses dans laquelle n’est pas utilisé - à dessein - le terme de génocide), dévoile, dans une interview au quotidien turc Milliyet, parue le 19 décembre 2008, ses motivations profondes :

Extraits :

Baskin Oran: « Ceux qui s'excusent sont ceux dont la conscience collective ne peut supporter les erreurs de l'histoire. Monsieur le Premier ministre devrait nous être reconnaissant pour cette campagne. Dans le monde entier, les parlements adoptaient des résolutions, de manière automatique. Maintenant, tout ceci va s'arrêter. La diaspora s'est adoucie. Les médias internationaux ont commencé à abandonner l’usage du terme de génocide. »

Voilà donc, comme nous l’annoncions, le but officieux de cette pétition d’excuses aux Arméniens : faire cesser partout dans le monde, les reconnaissances internationales du génocide arménien de 1915.

Quelle va être la réaction des signataires de bonne foi, qui préféraient la demande pure et simple de reconnaissance du génocide arménien par l’Etat turc (et non de la « Grande Catastrophe » comme la pétition le stipule) et qui ont signé avec réticence cette pétition « bâtarde » parce qu'on faisait appel à leur conscience et à leur humanité ? Comment vont-ils réagir lorsqu’ils vont se rendre compte que leurs sentiments dissidents, leur émotion, ont été exploités et détournés dans le but d'obtenir exactement le contraire de ce qu'ils voulaient ?

Le gouvernement turc, par la voix de Baskin Oran, pourrait faire d'une pierre trois coups :

- amadouer des Arméniens
- désamorcer Obama et sa promesse de reconnaissance du génocide arménien
- neutraliser les Turcs qui veulent la reconnaissance du génocide en les décourageant de participer à un quelconque mouvement citoyen qui se révèle infiltré d’office par les instances gouvernementales turques.

Les signataires sincères sont en droit de demander des comptes à Baskin Oran et … de lancer une pétition turque pour la reconnaissance du génocide arménien par l’Etat turc.

Malgré tout, cette pétition fait des remous en Turquie et provoque un débat passionné entre les nationalistes et les démocrates turcs. Soulignons également que le fait que cette initiative soit téléguidée par le gouvernement turc ne diminue pas nécessairement les risques encourus par les 4 intellectuels à l’origine de la pétition, tant sont virulents les ultra-nationalistes, proches des cercles kémalistes et militaires, qui fulminent contre les « traîtres qui demandent pardon aux Arméniens ».

Cette pétition d’excuses aux Arméniens, malgré la motivation profonde «avouée » par Baskin Oran, contribuera à amener une partie de la société civile turque à s'interroger sur les pages sombres de l'histoire de la Turquie. La boîte de Pandore est ouverte : à moins d’un coup d’Etat, on ne voit pas très bien qui pourra la refermer.

Encore faudrait-il que le combat international pour la vérité et la justice ne s’affaiblisse pas « all around the world »…

Source : Collectif VAN 

Le mardi 23 décembre 2008

Commentaires

Je trouve que le Collectif Van va trop loin dans cette analyse, en ne tenant pas suffisamment compte à la fois de l'immense pression sur les initiateurs et sur les signataires de cette pétition, tant de la part de l'Etat que de celle des ultranationalistes.

Il faut par exemple rappeler qu'à chaque propos "déviant" sur le thème de la nation turque, un groupe d'avocats nationalistes dépose systématiquement plainte au pénal, ce qui signifie pour les "suspects" qu'ils peuvent à tout moment se retrouver en détention préventive, tout dépend du zèle du Parquet et des convictions "républicaines" (au sens kémalo-chevènementiste) du magistrat sur lequel ils tombent.

Par ailleurs, la presse écrite turque n'est pas réputée pour son intégrité et sa neutralité, les journalistes sont très souvent ouvertement militants et partiaux, il faut donc toujours prendre leurs articles, y compris les interviews, cum grano salis. En d'autres termes, laissons le bénéfice du doute à Baskin Oran, et lisons d'abord TOUT ce qu'il a dit dans divers médias avant de le pendre haut et court au premier réverbère ottoman venu.

Écrit par : Pierre-Yves Lambert | 31/12/2008

Les commentaires sont fermés.