Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/12/2008

Un journaliste irakien jette ses chaussures sur Bush

Bush - Chaussure.jpg«Vous êtes responsable de la mort de milliers d'Irakiens», a lancé l'homme, en pleine conférence de presse, à l'adresse du président américain. Celui-ci n'a pas été touché.


George W. Bush se souviendra de sa visite surprise en Irak. Un journaliste irakien a jeté, sans l'atteindre, deux chaussures sur le président américain et l'a insulté au moment où ce dernier tenait une conférence de presse en compagnie du premier ministre irakien dans ses bureaux à Bagdad. L'homme, assis au 3e rang, a bondi en criant «c'est le baiser de l'adieu, espèce de chien» et lancé ses chaussures, l'une après l'autre, sur le président américain. Nouri al-Maliki a esquissé un geste de protection du président américain qui n'a pas été touché.

Bush - vidéo.jpg<<<vidéo de la scène

Le journaliste irakien, Mountazer al-Zaïdi, de la chaîne sunnite et antiaméricaine al-Bagdadia qui diffuse à partir du Caire, a été évacué de force par les services de sécurité irakiens et américains, en criant à l'adresse de George W. Bush : «vous êtes responsable de la mort de milliers d'Irakiens».

Le président américain a d'abord souri, puis a repris un visage sérieux en voyant le nombre d'agents mobilisés. Des journalistes irakiens se sont levés pour s'excuser auprès du président américain. «Ne vous inquiétez pas. Merci de vous excuser au nom du peuple irakien. Cela ne m'a pas dérangé. Et si vous voulez tout savoir, c'était une chaussure de taille 10 (44 en taille française, ndlr)», a plaisanté Bush. Interrogé ensuite par un journaliste américain, George W. Bush a assuré qu'il n'avait «pas ressenti la moindre menace». «Et alors, cet homme a jeté une chaussure sur moi ? C'est une manière d'attirer l'attention», a-t-il ajouté.

Des traces de sang étaient visibles ensuite à l'endroit où l'homme a été emporté par les agents de sécurité.

 

Source : Le Figaro

AFP - 15/12/2008.

   

Les commentaires sont fermés.