Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/12/2008

Des tombes profanées à NOTRE-DAME-DE-LORETTE

DAlil B.jpgDalil Boubakeur, recteur de la grande mosqué de Paris, a déposé une gerbe devant la tombe d'un soldat musulman.

 

Vendredi après-midi, une cérémonie de recueillement a rassemblé des représentants de plusieurs confessions à de Notre-Dame-de-Lorette après les profanations du week-end dernier.


Cimetière profanné - 3.jpgCimetière de Notre-dame-de-Lorette par une après-midi sans soleil. À travers l'épais brouillard, quelques voix s'élèvent. Ce sont celles des enfants des villes alentours. Ils sont venus chanter la tolérance dans ce lieu qui a été victime par trois fois de haines imbéciles. C'est leur chorus qui a ouvert, hier, la cérémonie de recueillement qui a rassemblé près de 1 500 personnes. Tous venus faire front contre cet acte de « racisme répugnant », selon les mots du président Nicolas Sarkozy, au cours duquel 500 tombes musulmanes et une vingtaine de tombes juives ont été profanées dans la nuit de dimanche à lundi.


Les obus n'étaient pas racistes


Cimetière profanné - 2.jpgC'est d'abord à ces « 70 000 combattants de l'ex-empire français morts pendant la Première Guerre » que Nicolas Sarkozy a souhaité rendre hommage dans un discours lu par le préfet de région, et dans lequel il parle d'« une insulte à leurs mémoires et à notre mémoire collective à tous ». « Les obus et les balles n'ont pas demandé à ceux qu'ils tuaient quelle était leur couleur de peau (...) et en quel dieu ils croyaient », a rappelé Monseigneur Jean-Paul Jaeger, évêque d'Arras.

Le président de la communauté juive de Lens, Alain Tajchner a lui aussi témoigné son indignation et dressé un constat inquiétant : « Il existe en France un fond de racisme latent qui ne s'exprimait pas il y a encore quelques années. Mais ces individus racistes ne gagneront pas », a-t-il prévenu. Puis ce fut le tour des représentants du culte musulman de conjurer par les mots toute la violence de ces actes.

 

« Nous nous inclinons avec émotion devant le spectacle de ces stèles tombales de nos morts héroïques, souillées, dégradées, insultées, profanées » , a déclaré Dalil Boubakeur, recteur de la grande mosquée de Paris.

Pour Mohamed Moussaoui, président du Conseil du culte musulman, cet « acharnement raciste (...) doit être puni avec la plus grande sévérité ». La cérémonie s'est close sur une prière en arabe. Mais pour que cela ne se reproduise pas, il faudra sans doute plus que des prières. D'où l'idée lancée par la ministre de l'Intérieur d'installer des caméras thermiques dans l'enceinte du cimetière. La gendarmerie nationale fait appel à tous témoins susceptibles d'apporter des renseignements sur la profanation des tombes.

13 décembre 2008

Source :  Nord Eclaire

 

Les commentaires sont fermés.