Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/11/2008

Bientôt la première femme imam d'Europe ?

Imam - femme.jpgC'est une question de semaines. Houaria Fettah a été retenue pour figurer parmi les trois imams de la mosquée Assahaba de Verviers. Une première.

«C' est une grande fierté et une grande responsabilité que d'être pressentie pour ce rôle. J'espère être pleinement à la hauteur de la tâche!»


Houaria Fettah a 35 ans. D'origine algérienne, elle habite Vottem (Liège). La jeune femme est licenciée en sciences humaines et théologie musulmane. Elle est pressentie au poste d'imam de 3e rang à Verviers par le Complexe éducatif et culturel islamique (Ceciv) qui gère la mosquée. Accéder à ce rang sera une première européenne. De quoi faire pâlir d'envie les candidates catholiques ou anglicanes. Si elle n'exerce pas encore officiellement cette fonction religieuse, ce n'est qu'une question de semaines. Les dossiers de nomination des imams n'ont pas encore été rentrés au Fédéral en raison des perturbations rencontrées à l'exécutif des musulmans de Belgique. Mais Houaria Fettah a déjà une idée claire de sa mission :

«Conscientiser les femmes sur leur rôle primordial dans la société. Leur faire comprendre qu'elles représentent la moitié de cette société et qu'elles en déterminent l'avenir, puisque ce sont elles qui éduquent les enfants.»

La nomination d'imams rémunérés par l'État fait suite à la reconnaissance des mosquées par les autorités belges, en 2007. Vu sa forte fréquentation, Verviers est la seule mosquée de Région wallonne à s'être vu attribuer un quota de trois imams. Actuellement, elle ne dispose que d'un seul, rémunéré sur fonds propre. Étape suivante à Verviers, comme ailleurs dans le pays : l'élection d'un comité islamique de gestion locale, l'équivalent d'une fabrique d'église. Tous les fidèles pourront participer au scrutin et espérer en devenir membre. « Houaria fera partie de ce comité au même titre que nos deux autres imams, précise Michael Privot. Elle aura la même responsabilité qu'un imam homme et participera à toutes les décisions en apportant sa vision de femme. Seule différence : elle ne dirigera pas la prière commune, devant les hommes.On ouvre les portes, mais l'une après l'autre...»

Le responsable de la mosquée Verviers n'a pas envie de revivre le tollé qu'avait occasionné la prière présidée par Amina Wadoud (prof d'études islamiques) devant une assemblée mixte, en 2005, à New York. Mais son discours est à mille lieues des méchants barbus dépeints par le rapport de la Nefa Foundation, qui présentait Verviers comme un «bastion du Hamas» (Le Jour du 29 avril). Ainsi, à la mosquée de Verviers, le prêche du vendredi est systématiquement bilingue : en arabe puis en français. Il faut dire que la population du centre est mixte : 80 % de fidèles sont d'origine marocaine mais on dénombre aussi des Pakistanais, de Tchétchènes, des Belges convertis, etc. Et tous, loin s'en faut, ne parlent pas l'arabe.

Jeudi 9 octobre 2008 - 7 sur 7

Catherine DAHMEN

Les commentaires sont fermés.